< Retour

La voix d’Albion: Shaun Lawton

L’acteur de doublage Shaun Lawton est une figure emblématique du monde d’Albion.

12 juillet 2019 à 10:02 par PrintsKaspian


Au cours des dernières années, la communauté Albion Online a appris à connaître Shaun Lawton en tant que "voix d'Albion". Il a été la voix-off de nombreuses bandes-annonces et vidéos pour le jeu depuis son lancement, son incroyable voix faisant désormais partie intégrante de l'identité d'Albion.

Shaun a eu une carrière riche et diversifiée : après être arrivé à Berlin à la fin des années 1970 pour un séjour qui devait durer six mois, il décida finalement d’y rester pour y vivre. Des rôles au cinéma et à la télévision ont ensuite suivi, engendrés par des contacts au sein de la communauté théâtrale du grand Berlin-Ouest. Tout au long de ces décennies passées à Berlin, Shaun a tout particulièrement été sollicité en tant que comédien et en tant que locuteur anglophone, capable de faire de nombreux accents, en assurant de plus des rôles à la fois en anglais et en allemand.

Parmi ses premiers rôles de doublage pour Albion Online, citons déjà la vidéo du Prince démon en 2015, dans laquelle il montrait un aventurier malchanceux qui n'était guère préparé à cette rencontre :

Au début de l’année 2017, il fut la voix de la bande-annonce pré-lancement "Qu'est-ce qu'Albion Online?", qui dévoile les grands axes du jeu : l’économie dirigée par les joueurs, un système du type "vous êtes ce que vous portez", des combats intenses, la possession de guildes et de territoires. La vidéo a introduit d'innombrables joueurs dans le monde d'Albion et compte à ce jour près de 3 millions de vues.

Avec le lancement du jeu en juillet 2017, Shaun a prêté sa voix à de nombreuses autres vidéos, y compris la cinématique d'introduction du jeu. Depuis lors, sa voix peut être entendue dans de nombreuses vidéos d'Albion détaillant les systèmes de jeu et ses nouvelles fonctionnalités.

Nous avons récemment rencontré Shaun pour discuter de toutes ses années d’expérience en tant qu’acteur de doublage, de son processus d’enregistrement de jeux et de spectacles animés et de ses débuts en tant que comédien.

Vous avez travaillé dans quelques jeux comme Die Siedler / The Settlers, avec Blue Byte. Le travail de voix off dans l’univers du jeu-vidéo est-il différent qu’ailleurs ?

J'ai fait d'autres doublages, comme School for Vampires et autres animations, où je prépare la voix pour qu’ils préparent de premiers jets ensuite. Avec les jeux-vidéo, je fais régulièrement beaucoup de voix différentes pour couvrir différents personnages. Tant qu'il y a assez de temps entre chaque, il vous sera difficile de vous imaginer qu’il ne s’agissait uniquement que de moi.

Quel méthode de travaille avez-vous lorsque vous travaillez avec Marie (Havemann, Design audio) ? Comment se déroule une session d'enregistrement ?

En ce qui me concerne, il faut que quelqu'un me dise où est ma voix pendant une session. Je sais aussi que Marie est une très bonne musicienne et, comme j'ai besoin de quelqu'un pour me dire où est ma voix, ou où elle devrait être ou où elle n’est pas, etc. Marie est douée pour ça. Elle doit me garder sur les rails, car je peux énoncer une même ligne de différentes manières. Vous avez toujours besoin de quelqu'un pour vous assurer d'avoir vu juste.

Elle est aussi une très bonne productrice, ce qui est évidemment très utile pour moi. Je peux faire n'importe quel type de voix si les gens peuvent travailler avec moi. Souvent, je fais beaucoup de prises et je commence au début avec quelque chose comme je pense que cela devrait être. Je fais alors un grand cercle autour de moi et je reviens à l’endroit où nous avons commencé - ou tout près.

Comment avez-vous commencé votre carrière d’acteur ?

Quand j'avais douze ans, un de mes professeurs préparait la pièce de Noël de l'école. Je me suis levé pour lire le scénario, on m'a tout de suite choisi et j'ai dû jouer Joseph.

Je suis né dans une ville minière à l'origine gérée par des Quakers, il n'y avait donc pas de publicités. Nous avions en revanche une salle de groupe et nous faisions des pantomimes ... J'ai donc commencé à m’y intéresser et je me suis lancé dans la comédie. En sortant d’une enfance en temps de guerre, je me suis vraiment retrouvé coincé dans cette vie là jusqu’à l’âge de 29 ans environ, lorsque je suis parti à Londres. Être à Londres, c'était me retrouver. Je ne savais pas que je pouvais jouer ou n’importe quoi du genre, l'idée était simplement de trouver quelque chose.

Après avoir déménagé à Berlin, vous avez voulu à travailler dur sans pour autant forcer les choses - que le travail vienne à vous naturellement. Il est pourtant intéressant de voir que vous ayez été impliqué dans l'industrie du jeu-vidéo, qui n'existait même pas (du moins comme option pour les acteurs) à cette époque.

Je n'avais jamais pensé à utiliser ma voix quand j'étais encore en Angleterre. Tout a commencé lorsque j'ai déménagé à Berlin, jouant sur scène, avant de rencontrer des personnes ayant besoin de voix off pour des jobs aussi variés que techniques, par exemple. Je fais ce qu’il m’est possible de faire. Je ne cherche pas à faire voix off pour le jeu-vidéo tout particulièrement, mais le jeu-vidéo se met souvent sur mon chemin ce que je prends avec beaucoup de gratitude.

Comment le travail de voix off a-t-il changé au fil des années ? Auparavant, la manière dure prônait et tout se faisait en studio d'enregistrement; maintenant que tout est numérique, vous pouvez enregistrer presque de n'importe où.

J'ai récemment travaillé pour Hyundai dans un studio à Berlin, dont un autre à Stuttgart me donnait des consignes. Au début, il y a des années, la synchronisation labiale sur les bandes d’enregistrement était fastidieuse, car il fallait apprendre rapidement les lignes et les corriger tout en regardant l'écran.

J’imagine que tout ceci doit être épuisant à force, un peu comme une préparation d’athlète.

Je peux être fatigué, mais dès que j'entre dans le studio mon corps se réveille. Même chose avec le jeu d’acteur : vous passez une mauvaise nuit, ne dormez que quatre heures environ, puis vous montez sur scène et là toute votre énergie vous revient. Sir Lawrence Olivier, juste avant de mourir, était même demandé depuis son lit d'hôpital ... dès que la lumière se posait sur lui de nouveau, il redevenait Lawrence, il revenait à la vie. Parfois, vous commencez une session en étant fatigué, mais lorsque vous y êtes, c’est à vous, à vous autant qu’aux autres, de trouver un moyen d'apporter l'énergie nécessaire.

Si j'avais séjourné dans le nord de l'Angleterre, je serais à la retraite depuis des années et mes cheveux seraient plus blancs qu'ils ne le sont maintenant ... J'ai vu tous mes collègues ressembler à cela il y a 40 ans, et je me suis juré de ne plus jamais y mettre les pieds. Je peux continuer à faire ce que je fais aujourd’hui, car l’énergie est toujours là. Et ça fait un bien fou !

Découvrez les meilleurs clips de Shaun, anciens ou nouveaux :


Actualités



Derniers posts



Dernières vidéos