Le monde d'Albion

section headline image

Les Gardiens d'Albion

Aussi loin que remontent les archives d’Albion, il y a toujours eu mention de tribus. Au fil du temps, ces dernières se sont développées, réduites, puis développées à nouveau. Des centaines de batailles insignifiantes ont été oubliées. Les hommes se sont distingués des autres formes de vie d’Albion grâce à leur aptitude à écouter et comprendre.

Les membres des tribus n’étaient pas aussi forts que les bêtes sauvages par nature, mais ils ont appris à développer leur sauvagerie grâce à celle des loups, des ours et des aigles. Même les plus petits des animaux avaient des secrets à révéler, à condition de se montrer assez patient. Les tribus ont ainsi développé leurs compétences de fabrication pour se doter de griffes, aussi tranchantes que celles des animaux sauvages, mais imprégnées de la magie des terres.

Les guerriers observaient les prédateurs, mais certains d’entre eux allaient plus loin encore, écoutant le murmure des ruisseaux, le bruissement des feuilles et le rugissement du vent au sommet des montagnes. Ainsi sont nés les premiers druides, des hommes adoptant le rythme de la nature.

La vie n’était pas facile pour autant, puisque le vieil Albion abritait également des dragons, qui considéraient les terres comme leur terrain de jeu. Ils voyaient les hommes comme de la nourriture ou des jouets à torturer. En réalité, les dragons voyaient toutes les autres formes de vie comme des êtres inférieurs et terrorisaient Albion à coups de griffes et de flammes.

Un jour, un géant a remarqué un homme écoutant une montagne. L’homme a parlé, et la montagne répondu. Pour le géant, cela représentait une opportunité à saisir. Jusqu’alors, les géants considéraient les hommes tout juste comme de la nourriture, ne s’y intéressant qu’à l’heure des repas. Pourtant, en y regardant de plus près, ces versions minuscules d’eux-mêmes avaient le don de la parole ! Quelle révélation pour les géants, qui avaient supposé que les sons produits par les hommes n’étaient que des couinements sans intérêt.

Peu de temps après s’est tenue la première rencontre entre les géants et les tribus. Les deux camps s’accordaient sur le fait que les dragons réduiraient les terres en cendres à terme, et que ce n’était qu’en unissant leurs forces qu’ils parviendraient à sauver Albion et leurs vies. Un accord est ainsi né : les géants arrêteraient de manger les hommes des tribus, à condition qu’ils respectent les terres.

S’en est suivie une guerre qui allait durer bien des années. Les géants et les hommes décidèrent d’unir leurs forces avec celles des bêtes sauvages, misant sur la férocité et le nombre pour contrer la puissance magique des dragons. Ce n’est qu’avec le sacrifice des plus anciens géants que la coalition réussit à prendre l’avantage. La bataille coûta la vie à des milliers de guerriers tribaux et quantité d’animaux. Quant aux géants, ils y perdirent la quasi totalité d’une génération. Avec un prix à payer si élevé, aucune célébration n’accompagna leur victoire.

Pour cause, les dragons étaient immortels et rien ni personne à Albion ne pouvait les exterminer. La menace fut simplement contenue. Pour cela, les druides unirent leurs forces pour réaliser un rituel forçant les dragons à un profond sommeil éternel.

On racontait que chaque montagne d’Albion renfermait un dragon, mais ce n’était pas le cas. Certains étaient emprisonnés sous terre, d’autres au fond de grands lacs. Leurs emplacements étaient tenus secrets et seuls les druides les plus sages disposaient de cette information. Il arrivait que les dragons remuent dans leur sommeil. Dans ce cas, un lac se mettait à bouillir ou une montagne crachait de la lave, mais les druides intervenaient toujours pour renforcer la magie et rendormir les dragons.

Depuis ce jour, les tribus et les géants sont les Gardiens d’Albion, de par leur rôle de geôliers, mais aussi de protecteurs des terres face aux autres menaces.

La vie de tous les jours a néanmoins pu reprendre son cours normal. Il est arrivé qu’un géant mange accidentellement un homme. Quant aux tribus, elles n’étaient pas toujours d’accord entre elles, mais une paix relative a régné sur Albion pendant près de deux siècles.

Un druide du nom de Merlin commença ensuite à partager ses idées. Il était très populaire parmi les jeunes et plus vulnérables. Il parlait d’unir les tribus, d’apporter des changements, de créer des lois ou encore de travailler la terre différemment. Il prétendait que les dragons se réveilleraient un jour, et que le moment venu, il faudrait être prêts. Les anciens des tribus n’appréciaient pas son discours radical. Après de nombreuses discordes, exiler Merlin leur sembla être la meilleure chose à faire. Le druide s’en alla, suivi par un grand nombre de personnes.

Albion connut ensuite plusieurs années de paix. Il arrivait que les tribus entendent parler de comportements étranges de la part de Merlin. Ou encore de ses maisons en pierre ou de ses hommes armés. N’appréciant pas que Merlin utilise ainsi les trésors des terres, les anciens lui intimèrent de cesser. Mais Merlin les ignora. Malgré les tensions, aucun conflit ne naquit de ces discordes. Petit à petit, les Gardiens s’effacèrent, ne souhaitant pas être mêlés à la folie de Merlin.

Il s’avéra que les prédictions de Merlin étaient vraies. Lorsque Dauthir, le grand dragon rouge, sortit de terre, ses cris réveillèrent les dragons alentour de leur léthargie. Plutôt que de forcer les dragons au sommeil comme le faisaient les Gardiens, Merlin préféra utiliser ses nouvelles armes pour les détruire. S’en suivit une grande bataille, tandis que le ciel s’assombrissait. Les Gardiens observaient la situation à distance, craignant le pire.

Trois jours plus tard, la lumière revint à Albion. Le dragon était mort, mais aucune célébration n’eut lieu. La paix était loin d’être acquise.

Voyant une guerre éclater au sein même du grand empire de Merlin, les anciens des tribus échangeaient des regards entendus, attendant que les déments ne s’entretuent jusqu’au dernier. Cependant, Merlin parvint à les piéger, leur faisant croire que les armées de Morgana représentaient une menace pour tout Albion. Les Gardiens ignoraient que ce n’est pourtant qu’en les voyant arriver sur le champ de bataille que Morgana prit peur et étendit ses relations avec les démons.

Rien depuis les dragons n’avait déchiré ainsi Albion. Le point culminant de cette guerre fut atteint lorsque Merlin utilisa un rituel pour repousser les démons, massacrer les chevaliers des deux camps et couvrir les terres témoins des plus terribles batailles d’une épaisse brume.

C’est la tête bien basse que les gardiens retournèrent chez eux panser leurs plaies. Dix siècles passèrent, sous le regard protecteur des Gardiens, tandis que la brume immuable empêchait le passage vers certaines zones d’Albion et coupait l’accès à la mer.

En se dissipant, la brume révéla des terres défigurées parcourues d’esprits agités. Les Gardiens y virent un terrible présage de ce que l’avenir leur réservait, et ils avaient raison.

D’étranges hommes rusés et tout aussi égoïstes que Merlin ne tardèrent pas à arriver. Partout ailleurs, de vieux ennemis commencèrent à quitter leur tanière, ceux mêmes qui avaient conspiré avec les démons, servant encore et toujours Morgana.

Les Gardiens y voient les prémices d’une nouvelle guerre et sont prêts.

Tribesfolk.png

Les tribus

Les hommes d’Albion ont tendance à être plus grands que ceux du vieux monde. Ils proviennent d’une culture de chasseur/cueilleur et passent souvent d’un terrain de chasse à un autre au cours de l’année. Ils sont répartis en tribus, chacune dirigée par ses propres chefs. Toutes les tribus sont régies par des règles flexibles, mais chaque structure présente des particularités.

Quoi qu’il en soit, toutes les tribus mettront leurs différences de côté en cas de menace pour Albion. Les stratégies des tribus sont simples et directes. Elles peuvent adopter un fonctionnement similaire à celui des meutes de loups mais préfèrent généralement les affrontements individuels. Les guerriers sont brutaux et peuvent s’abandonner à un état primitif et féroce. Le statut de chacun dépend de ses actes et de son âge. Plus le membre est ancien, plus on lui accorde de respect.
Earthmother.png

La matriarche

Parfois, une géante élue doit suivre un rituel pour devenir une matriarche. Le titre et les reliques accordent à la fois pouvoir et statut. Après le rituel, elle n’est plus vue comme une géante, mais comme une manifestation de la terre. Elle est alors vénérée par les géants et les druides. Sa présence est toujours un bon présage, comme le symbole de la naissance d’enfants en bonne santé, de la fin d’une maladie ou d’une recrudescence d’animaux sauvages. La matriarche est déjà venue en aide aux grands héros des Gardiens par le passé et participera elle-même aux batailles en cas de difficultés, tout particulièrement en présence de démons.

Le monde compte très peu de matriarches, mais lorsque l’une d’entre elles est tuée ou meurt de vieillesse, elle est remplacée par une élue parmi les géantes.
Druids.png

Les druides

Chaque tribu a son propre druide, mais tous les druides entretiennent des liens, se retrouvant sur des sites sacrés au cœur de l’été et de l’hiver pour suivre des rituels et commérer.

On attend des druides qu’ils ne se mêlent pas des affaires de la tribu, même s’ils prodiguent régulièrement leurs conseils en cas de conflit.
Giants.png

Les géants

La croissance des géants est infinie. Au fil du temps, ils commencent à ressembler à la terre elle-même, la mousse poussant sur eux et leur peau s’endurcissant jusqu’à devenir aussi dure que la pierre. Un jeune géant ne dort qu’une ou deux fois par an, mais la durée et la fréquence du sommeil évoluent avec l’âge. Les plus vieux des géants ont une taille comparable à celle des montagnes et peuvent dormir pendant des siècles durant si rien ne vient les déranger.

Les géants sont carnivores et préfèrent la chair fraîche. Ils apprécient tout particulièrement la viande humaine, même si elle est devenue un mets de luxe suite à un pacte passé avec les tribus.